ARGANA

Approche foncière de la dégradation et de la conservation de l'arganeraie

Unité de recherche : SEED
Début : 2009
Fin : 2010

Sur le plan de la conservation des espèces, les écosystèmes à arganiers présentent une biodiversité élevée tant au niveau animal que végétal qui fait l’objet d’une protection particulière dans les Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE). Sur le plan de la protection des milieux, les peuplements d’arganier constituent une barrière contre l’avancée du désert vers le nord du Maroc et permettent de lutter efficacement contre l’érosion éolienne et hydrique du sol. Sur le plan socio-économique, l’arganier est considéré comme la providence du Sud-Ouest Marocain. Ses peuplements fournissent en effet la plupart des ressources nécessaires aux populations locales : terres pour la culture, nourriture et litière pour le bétail, huile d’argan pour l’alimentation humaine, bois utilisé à des fins énergétiques, de construction ou de fabrication d’outils. La forêt représente aussi un potentiel de développement touristique important.Dans ce contexte, l’objectif du projet est de concevoir une méthodologie visant à définir une stratégie d’aménagement concerté de l’espace rural capable d’assurer la coexistence entre objectifs de développement économique, de conservation et de protection, en milieux contraignants. La mise au point de la méthode portera sur une Unité Socio-Territoriale ou ‘terroir exploité par une même entité humaine’ couvrant les communes rurales localisées autour du massif de Jbel Amsiten (province d’Essaouira) — l’une des dix-huit zones centrales de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie.

Plus d'informations : www.dsge-arlon.ulg.ac.be/SEED/index.php?option=com_content&task=view&id=48&Itemid=56