Thématiques de recherche /
Attractivité de la ville, du territoire et du milieu rural

Attractivité Ce thème envisage les mécanismes de développement territorial qui conduisent à renforcer ou, au contraire, à déforcer l’attractivité des territoires. La recherche porte tant sur l’échelle régionale que sur l’échelle locale des bassins de vie urbains et ruraux.

A l’échelle régionale, l’accent est mis sur le sujet de la localisation des activités économiques et sur les facteurs de compétitivité des territoires.

A l’échelle locale, on aborde l’enjeu de l’étalement urbain et des freins au retour des habitants et des activités au sein des tissus urbains et des principaux noyaux d’habitat ruraux. La mixité sociale et fonctionnelle est prise en compte.

Ce thème intègre l’analyse des outils de la politique foncière de même que les processus de production immobilière. En fait également partie, l’étude des multiples dimensions d’une politique de la ville (emploi, logement, intégration sociale, transport…) et celle de la place des infrastructures vertes en matière d’attractivité économique et de qualité de vie.

 

Politique de la Ville (2014 - 2017)

Depuis la fin des golden sixties, la plupart des villes wallonnes et, plus particulièrement Charleroi et Liège, sont confrontées, d’une part, à une déprise urbaine majeure qui s’est traduite par un départ des habitants mais aussi des activités économiques et, d’autre part, à un déclin de l’industrie traditionnelle axée sur la sidérurgie. Ainsi, les douze villes retenues pour la nouvelle programmation FEDER, sur la période 2001 – 2014, affichent une croissance de l’emploi de 5 % pour 13 % en Wallonie, avec des valeurs de 0,1 % et 0,4 % pour Charleroi et Liège.
Or, comme l’a souligné à de nombreuses reprises la Commission européenne, les villes « jouent un rôle fondamental dans le développement régional, y compris celui des zones rurales proches. Les Villes et les régions sont interdépendantes. La prospérité d’une région dépend de la prospérité de ses Villes, et réciproquement.». Par ailleurs, les villes jouent un rôle significatif de structuration du territoire tant en termes d’urbanisme qu’en termes d’offre de services et de potentialités de développement et de redéploiement économique. L’enjeu principal est de pouvoir renforcer les fonctions de centralité urbaine dans le cadre d’un développement territorial harmonieux.

Ainsi, dans sa Déclaration de Politique Régionale 2014-2019, le Gouvernement wallon a très clairement annoncé sa volonté de « développer une politique de la ville porteuse de développement régional » et ce, notamment à travers la mise en place d’un Programme de Développement Urbain (PDU), objet d’une précédente réflexion menée par la CPDT.

La DPR 2014-2019 prévoit également qu’il soit proposé dans le cadre du PDU «des outils spécifiques de redéploiement de la dimension commerciale dans les cœurs urbains […] ». C’est dans ce cadre que sera prochainement proposé au Gouvernement un « Plan Commerce ».

Les objectifs poursuivis par le Gouvernement wallon rencontrent les ambitions définies par les instances européennes, tant au niveau de la stratégie « Europe 2020 » (2010) qui vise à une croissance intelligente, durable et inclusive, que du pacte d’Amsterdam, texte qui va encadrer l’«Agenda urbain pour l’Union européenne». En effet, tant la Commission que le Parlement européen souhaitent mettre en exergue et amplifier le rôle des villes en tant que catalyseur et diffuseur de savoirs et d’innovations.

L’objectif de la recherche est donc d’inscrire le développement économique comme une préoccupation majeure de la réflexion sur la ville, tant dans la perspective de l’attractivité urbaine que dans la perspective du développement territorial régional.

Le Lepur participe à cette recherche en collaboration avec l'IGEAT-ULB.

Pilotes scientifiques : Bruno Bianchet1
Chercheurs : Dorian Claeys1, Muriel Dagrain1, Julien Descamps2, Gilles Lacroix1, Xavier May2, Chloé Mercenier1, Christine Ruelle1, Razvan Sandu1, Pierre-François Wilmotte1

1 Lepur-ULiège, 2 IGEAT-ULB

 

Systèmes d'informations foncières et politiques publiques (2014 - 2016)

Depuis quelques années, un intérêt accru se développe pour l’observation des marchés fonciers et la recherche de gisements fonciers, indispensables à une mise en œuvre efficace des politiques d’aménagement du territoire et des politiques sectorielles. Cette recherche s'intéresse à la question du développement de l'observation foncière en Wallonie.
A cette fin, elle dresse un état des lieux du système d'information foncière existant sur le territoire wallon et le compare aux systèmes d'information foncière pouvant être observés dans les territoires voisins de France, de Bruxelles et de Flandre. En outre, elle réalise un inventaire des besoins, en termes de connaissances, d'information et de données, en vue de permettre des politiques foncières intégrées et efficaces.
Enfin, la recherche développe une réflexion sur l’opérationnalisation d'un dispositif d’observatoire foncier wallon (quels sont ses missions potentielles ? quels sont les acteurs pouvant être impliqués dans celui-ci ? quels sont les paramètres et les aspects techniques à prendre en compte pour mener à bien l'observation foncière ?).

Le Lepur participe à cette recherche en collaboration avec le CREAT-UCL et l'UCL-Géomatique.

Pilotes scientifiques : Jean-Marie Halleux1, Pierre Defourny3.
Chercheurs : Christophe Bocquet3, Pierre Copée1, Martin Grandjean2, Sébastien Hendrickx1, Catherine Marlier3, Christine Ruelle1, Jordane Sarciat1, Claire Van der Kaa1, Stéphanie Zangl1.

1 Lepur-ULiège, 2 CREAT-UCL, 3 UCL-Géomatique

 

Actualisation de l'inventaire SAR (2013 - 2014)

Suite à la désindustrialisation des bassins économiques traditionnels depuis les années 70 et au transfert massif d’entreprises vers les parcs d’activités, de nombreux sites abandonnés marquent les paysages urbains et ruraux de Wallonie et nécessitent une réaffectation appropriée.
La Région wallonne a introduit le concept de SAR – sites à réaménager – concept couvrant des sites ayant hébergé des activités économiques ou autres à l'exception du logement.Le Lepur en association momentanée avec les bureaux d’étude CONVERTO et WALPHOT a été désigné comme opérateur en vue de réaliser l'actualisation de l'inventaire des SAR.
Les objectifs de l'actualisation de l'inventaire sont :
• constituer une base de données portant sur l’ensemble de la Wallonie ;
• connaître l'évolution des sites déjà répertoriés ;
• répertorier les nouveaux sites ;
• identifier les opportunités de reconversion ;
• constituer une base de données permettant d’objectiver les décisions en matière d'octroi de subventions par le Gouvernement wallon.

Une méthodologie appropriée basée sur le croisement de plusieurs données spatiales et sectorielles est développée pour la recherche de nouveaux SAR. Chaque SAR répertorié (SAR existant, SAR reconverti ou nouveau SAR) est analysé lors d’une visite de terrain et fait l’objet d’un dossier établi en collaboration avec les communes. Les données sont encodées dans des tables à thème et seront intégrées dans la base de données de la Région wallonne (DGO4).

Pilotes scientifiques : Jacques Teller, Guenael Devillet, Jean-Marc Lambotte
Chercheurs : Gilles Condé, Isabelle Dalimier, Mathieu Jaspard, Gilles Lacroix, Pierre Stevens, Juan Vazquez Parras

 

Etude prospective et stratégique au Nord de la E42 (aéroport de Charleroi) - Expertise spécifique (2011 - 2012)

Charleroi jouit de la présence d’un aéroport régional,l’aéroport de Charleroi- Brussels South Charleroi Airport -BSCA en plein essor dédié au transport des voyageurs. Afin d’optimaliser les retombées économiques du développement aéroportuaire et d’encourager les projets privés complémentaires, le  Gouvernement wallon a demandé une analyse des potentialités de développement des terrains au Nord de la ceinture autoroutière qui jusqu'ici ont une vocation agricole (plateau Hesbignon).
L’étude prospective vise à réfléchir aux différents enjeux spatiaux  à court, moyen et long terme et à définir plusieurs scénarios d'orientations et leurs implications.

Pilotes scientifiques : Jacques Teller, M.F. Godart, Yves Hanin, B. Wayens
Chercheur : Véronique Boniver

 

Retombées des zones d'activité économique au niveau communal - Expertise spécifique (2011 - 2012)

La création d’une zone d’activité économique sur le territoire de la commune a des conséquences et des retombées pour celle-ci. Tenant compte de la suppression de la taxe sur la force motrice, et de l’effet Nimby, les communes sont de moins en moins favorables à accueillir des activités économiques.
La présente recherche est décomposée en deux grands volets :
1) La mesure des impacts sur le plan économique
2) L’identification de pistes de solution en vue d’inciter les communes à accueillir ou développer, sur leur territoire, de nouveaux espaces dédiés à l’activité économique.

Pilote scientifique : Jacques Teller
Chercheurs : Bruno Bianchet, Guillaume Xhignesse

 

Analyse des nouvelles formes de développement de l'activité économique et de leurs liens au territoire (2011 - 2012)

Dans une perspective de développement territorial, il s’agit de mieux percevoir les enjeux induits par les nouvelles formes de développement de l’activité économique en lien avec l’essor dans le secteur des TIC, les formes d’innovation centrées « utilisateurs » et les conséquences territoriales du développement de ces activités tant au niveau des dynamiques de concentration et métropolisation que du point de vue de la mobilité ou de l’aménagement des zones d’activités économiques.
L’analyse doit permettre de comprendre comment ces phénomènes se traduisent en Wallonie, mais aussi percevoir les enjeux et inclure une dimension comparative et prospective.

Pilote scientifique : Bernard Surlemont
Chercheur : Zineb AOUNI