News

La mobilité Publiée le 04/11/2009.

La mobilité est un terme polysémique dans les sciences sociales. Elle peut d’une part désigner un mouvement dans l’espace physique, selon deux catégories qui sont les déplacements effectués par les individus ou les marchandises sur les réseaux de transport, et les changements de localisation résidentielle. Le terme de mobilité peut d’autre part être utilisé pour rendre compte de mouvements de nature virtuelle (la mobilité des informations par exemple). Avec l’avènement des technologies mobiles de communication, comme le téléphone portable, la mobilité physique et la mobilité virtuelle peuvent d’ailleurs de façon croissante être couplées. Enfin la mobilité peut désigner un changement d’état : ainsi la mobilité sociale désigne le processus de changement de catégorie sociale.

La mobilité, comprise au sens des déplacements physiques des individus, est l’objet d’une attention croissante dans l’ensemble des sciences sociales, en particulier en économie, en géographie et en sociologie. Elle est en effet devenue une dimension incontournable de nos modes de vie et plus généralement de l’organisation tout entière de la société. Une deuxième raison est que, par plusieurs de ses aspects, la mobilité est en contradiction avec les objectifs, notamment les objectifs écologiques, du développement durable.
La mobilité constitue un objet d’analyse particulièrement riche qui permet une lecture de processus territoriaux mais aussi de processus sociaux. Ainsi les flux des déplacements qui sont réalisés par les individus sur un territoire rendent compte des formes de l’organisation de ce territoire, et notamment de l’intensité des relations entre les différentes zones qui le constituent. Par ailleurs, sur un plan individuel, les comportements de mobilité sont à la fois une production sociale et le résultat des arbitrages que nous faisons entre un certain nombre de contraintes et d’aspirations pour programmer nos activités, quotidiennes ou moins quotidiennes. Cette deuxième vision de la mobilité permet de réfléchir sur les marges de manœuvre individuelles mais aussi collectives dont nous disposons pour influencer les comportements dans un sens plus durable.

Retour à la liste des news